Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 CERROF Cercle d'Etudes et de Recherches                       en Rééducation Oro-Faciale

Cercle d'étude et de recherche pluridisciplinaire dans le domaine de la santé otondologique et des rééducations

Journée du CERROF

Publié le 31 Octobre 2005 par francis clouteau dans cerrof

 

 

Cerrof    22 10 2005

 

 

La journée du CERROF s’est  déroulée le samedi 22 10 05 sous la présidence de Mme Maryvonne FOURNIER  et du Pr Jean DELAIRE.

Cette année le thème était : Age de début des interventions en Orthodontie .

 

                            Obstacles au traitement , handicap,  pathologie ORL

 

 

 

Tous les congressistes ont tenté d’apporter leur part de réflexion à cette entreprise.

Si l’intervention du Dr Guy MARTI ne répondait pas directement à cette interrogation, elle ouvre cependant des motifs d’espoir de prospective et d’évolution dans les traitements.

La démonstration magistrale du Pr Jean DELAIRE nous fit rentrer dans le vif du sujet avec précision , intelligence  et pertinence.  Dans ses conclusions tout fut dit.

La rencontre entre le Pr Jean DELAIRE  et M. Michel LE METAYER apporte au rééducateur la conviction impérieuse qu’il faut avant tout étudier, réfléchir, apprendre, établir le diagnostic le plus juste avant d’agir. L’analyse particulièrement fine  résulte de l’expérience et du savoir toujours remis en cause .

Avant le traitement médical il peut y avoir beaucoup à faire. Ainsi Mme Régine DUVAL professeur des écoles de classe maternelle, nous présente un travail remarquable  de prévention, ou plutôt d’éducation des praxies chez les enfants de classe maternelle. Cette éducation prévient même toutes les attentes des Orthodontistes présents et des rééducateurs. On peut penser que cette expérience menée sur deux ans donnera lieu à une évaluation dans les années suivantes. Avant même d’en tirer des conclusions, tous les participants ont compris que ce travail donnait une réponse cinglante aux partisans du laisser faire, d'attendre,pour intervenir, l’âge de 12ans.  Florence LESCA  rejoint par des chemins différents l’analyse de Mme Maryvonne FOURNIER. Il apparaît évident que la rééducation ou l’éducation précoce est une nécessité. Le Dr Marc Ilovici , pratiquant des concepts planasiens,  nous démontra  la nécessité d'établir un diagnostic ultra précoce des premiers signes d’un dysfonctionnement de  la mastication.

La dernière intervenante,  Mme Frédérique BIGOT  osa aborder le problème des échecs chacun s’y retrouve, praticiens, parents, patients eux-mêmes.

La conclusion de son analyse rejoindra le travail de Michel LE METAYER : il n’y a pas d’âge pour commencer la rééducation : dès le dépistage et la pose d’un diagnostic  pertinent.

Nous laisserons le mot de la fin au Pr Jean DELAIRE:

 

 

Toutes les malocclusions dues à des troubles des postures (cervicale, vélo-linguale et faciale)et de la manducation (mastication et déglutition) devraient être systématiquement traitées en denture temporaire, au plus tard au début de la dentition permanente.

 

 

 

La rééducation ne doit pas seulement porter sur les troubles de la déglutition (qui ne sont jamais isolés) mais également sur toutes les autres dysfonctions, y compris sur les

 

 troubles de la ventilation aérienne supérieure (principale responsable des dysfonctions

 

oro-faciales et cervicales).

 

 

 

Dans le cadre général des dysfonctions il faut inclure: les troubles des postures et des

 

 mouvements de tous les muscles céphaliques, les troubles sensoriels (vision, audition,

 

élocution), les troubles du comportement.

 

 

 

Les malocclusions et, plus généralement, toutes les anomalies dento-squelettiques,

 

conséquences (matérialisation) des dysfonctions, doivent être corrigées en même temps que celles-ci.

Les rééducations fonctionnelles et les traitements d'orthopédie dento-faciale doivent avoir la même chronologie (fonction du déroulement normal de la croissance cranio-faciale, de l'évolution des dentures et de la maturation neuro-psycho-sensorielle des sujets).

 

 

Lors du bilan diagnostique initial des dysmorphoses dento-maxillo-faciales, le thérapeute devra tenir le plus grand compte du “potentiel auxologique” mandibulaire, (capacité de réponse de la mandibule aux traitements orthopédiques), facteur très important de la nature exacte des anomalies et de leur pronostic thérapeutique.

 

 

Insistons enfin sur le fait que les résultats des traitements orthopédiques ne peuvent être stables que si, à la fin du traitement des dysmorphoses dento-faciales, les formes de tous les éléments dento-squelettiques et les fonctions posturales,manducatrices (mastication + déglutition + bons mouvements de la langue et des lèvres) et la ventilation aérienne supérieure ont été parfaitement normalisées, ceci le plus tôt possible.

 

 

 

La Journée du CERROF fut clôturée par un débat animé par le Dr Jean Michel HUGLY, M. Frédéric VANPOULLE et le Dr Pascal SAUNIER . Les échanges avec les conférenciers et les congressistes débouchèrent sur un consensus :

 

le plus précocement possible

 

La pluridisciplinarité des participants, du Pédiatre hospitalier, au Professeur des Ecoles , en passant par Stomatologue, Dentiste, Posturologue, Généraliste, Algologue, Orthophoniste, Masseur-Kinésithérapeute etc…montre l’impérieuse nécessité de lancer des passerelles, d’un savoir spécifique à l’autre , d’une profession à l’autre. Les pathologies de la face et du cou ont un retentissement sur l’ensemble de l’individu, regroupent le plus grand nombre de spécialités médicales. Nous espérons voir se joindre à nous dans les années à venir : ORL, Psy, Neurologue etc…

 

 

 

 

 

 

commentaires

AGO

Publié le 31 Octobre 2005 par francis clouteau dans cerrof

 
CERROF : Cercle d’étude et de Recherche en Rééducation Oro-faciale
54 rue de la Gare 77140 Saint Pierre les Nemours

une seule adresse: cerrof@wandoo.fr

AGO Rapport Secrétaire Année 2005 :

Questionnaire journée : fin 2004 nous avons expédié un questionnaire à tous membres de l’association. Une majorité des adhérents souhaite maintenir la journée du CERROF à MELUN. La solution retenue est une journée annuelle.

Que ce soit l'exposé de cas cliniques ou de thèmes imposés, dans tous les cas de figure, la préférence s'oriente vers un nombre de conférenciers limité.

Une soif de connaissance fondamentale apparaît à la lecture des réponses. Afin d'asseoir la crédibilité de notre cercle, la présence de conférenciers présentant une référence scientifique semble indispensable. Par ailleurs le désir de participation à un travail plus collectif apparaît, aussi bien dans le domaine de recherche que dans celui d'un travail plus concret débouchant sur des applications immédiates.

Un autre questionnaire a été  adressé dans les mêmes conditions. Son unique sujet : l’élaboration des bilans. L'idée est non de chercher à normaliser , mais à faire évoluer ce travail, afin de faire des propositions harmonisant ce type de rééducation.


L'AGO a décidé :

  • La mise en place dès 2006 d’un groupe de travail sur des thèmes rigoureusement délimités.

  • La création d’un véritable « staff » afin de traiter uniquement des dossiers cliniques et des problèmes concrets. Wanted animateurs !!

  • Si le site Web est en panne.

  • Le blog fonctionne

  • La feuille du CERROF en panne faute d’article


Relance des adhésions : chaque année nous réglons notre cotisation au moment de l’inscription à la journée, ce qui oblige les membres de l’organisation de cette journée à tout financer sur leurs fons personnels. On ne peut continuer ainsi , aussi en 2006 la cotisation fixé à 50€ par l’assemblée générale sera réclamée en début d’année.

Merci de votre adhésion faites connaître le CERROF faites adhérer vos confrères.

Il faut un minimum de moyens pour réaliser ces décisions, n'hésitez pas à y intéresser les labos et fournisseurs qui vous sollicitent .




 

commentaires